Histoire des premiers ordinateurs

premier-ordinateur

Plusieurs inventions ont frayé le chemin vers la création des premiers ordinateurs. Mais si on se réfère aux calculatrices mécaniques permettant de faire les 4 opérations arithmétiques, son invention date déjà du 1642. On doit sa paternité à Blaise Pascal qui l’a conçu à l’âge de 19 ans. La machine baptisée la Pascaline a par la suite reçu des améliorations de Gottfried Leibniz telles que la possibilité de faire des multiplications, ou encore la possibilité d’effectuer des racines carrées… (Ces fonctions étaient encore irréalisables avec la machine de Blaise Pascal).

Le système binaire et la carte perforée

C’est le système binaire de Leibniz qui sera utilisé dans les opérations arithmétiques des ordinateurs plus tard. Il peut avoir la forme d’un binaire pur ou décimal code binaire (DCB). Quant à la carte perforée qui permet à l’ordinateur d’être programmable, on attribue à Basile Bouchon le mérite de la création d’une programmation d’un métier à tisser avec un ruban perforé en 1725. Méthode qui fut améliorée plus tard par Joseph Marie Jacquard dans son métier à tisser qui contient un cylindre métallique en remplacement de ruban et cartes perforés. Cette technique fut utilisée plus tard dans la machine à calculer mécanique programmable créée par Charles Babbage en 1833. Celle-ci utilise des cartes perforées pour réaliser les instructions. 20 ans plus tard, les calculatrices sont dotées de claviers, et maintenant on joue à des jeux plus réels qu jamais.

Les premières générations d’ordinateurs

Les ordinateurs analogiques qui peuvent trier, enregistrer, additionner les données grâce aux cartes perforées datent dans le début du 20e siècle. Mais en 1941, Konrad Ruse a conçu un ordinateur qui lit les programmes sur bandes magnétiques. Ce dernier, appelé Z3 pouvait faire l’enregistrement de 64 nombres de 22 bits et réaliser 4 additions par seconde et une quinzaine de multiplications par minute. En 1944, IBM a construit une machine de calcul décimal qui permet la lecture de programme depuis une bande papier. Cette machine est baptisée Harvard Mark I. Mais la première programmeuse qui utilise des tubes à vides est nommée Colossus. Elle pouvait faire la lecture des rubans perforés à la vitesse de 5000 caractères par seconde. Cette machine a été détruite par Winston Churchill mais une copie datant de 1944 a été conservée. En 1945 est apparu l’ENIAC, un gros calculateur de 30 t entièrement électronique conçu par Prespert Hockert et John William. Ses 20 calculateurs peuvent faire 357 multiplications par seconde. Puis en 1948 apparurent la SSEM, qui stocke les programmes dans la même mémoire que les données. Manchester Mark I, un autre ordinateur innova avec les tubes cathodiques. L’EDSAC de l’Université de Cambridge, quant à lui, utilisait une ligne à retard de mercure comme mémoire. Le premier ordinateur soviétique appelé MESM est crée en 1950. Celui-ci est composé de 3000 tubes et effectuait 3000 flops. L’UNIVAC I figure parmi les premiers ordinateurs commercialisés. La machine vendue à plus d’un million de dollars possédait 5200 tubes à vide et une mémoire de ligne à retard de mercure. Il pouvait faire plus de 8300 additions et plus de 500 multiplications par seconde. Le premier ordinateur de la marque IBM est sorti en 1952. Celui-ci utilisait une mémoire à tubes cathodiques et pouvait faire 16 000 additions et 2200 multiplications /s. L’IBM 704 sorti en 1955 est capable de faire 40 000 instructions /s. La même année a eu l’invention de la microprogrammation par Maurice Wilkes. En 1958, Bull a commercialisé le premier ordinateur multitâche qui comporte plusieurs processeurs. Enfin, les ordinateurs à circuits intégrés sont apparus en 1963.

ordinateur-premier